Que ce soit dans le Vieux-Continent ou à Havre-Port, nos personnages pratiquent la religion et sont au courant des différents cultes pratiqués. Pour en savoir plus, il faut lire cette page !


 

UNE PART IMPORTANTE DU RP

 

Religion et foi

Sur l'Arche, nous vous proposons toute une trame liée à des divinités que nous avons soigneusement créées.

Peut-être sont-ils au coeur de l'intrigue principale ? Peut-être sont-ils secondaires ? Peut-on devenir un Dieu ? Peut-on vaincre les Dieux ? Que se passe t-il s'ils sont en colère ? Chaque question à sa réponse et pour la trouver, rien de plus simple : il faut jouer !

Profiter dès maintenant de cette partie du RP en écrivant votre candidature dès maintenant !



 

MONDES ET DIMENSIONS

 

Ce que nous savons

L’univers est divisé en plusieurs mondes, ou dimension, toutes sous la surveillance de Prima. Cette dernière est la seule pouvant transiter sans effort entre  chacun des mondes. Il existe 3 mondes, et deux “demi-mondes” :

  •  Monde onirique
  •  Monde matériel
  •  Les Limbes
  •  Route de l’Aube
  •  Route du Crépuscule

Les “demi-monde” sont des dimensions bâtardes, des lieux de transitions entre les autres mondes; ils sont nommés Route de l’Aube et du Crépuscule. La première relie le monde Onirique au monde matériel, et la seconde lie le monde matériel aux Limbes. Ces “demi-mondes” sont des lieux difficiles, des lieux qui mettent à l’épreuve les corps et les esprits.

Le monde Onirique est celui des songes, des rêves, des présages et la résidence de prédilection des dieux. L’Oracle et les Hommes formés aux rites de la foi peuvent accéder brièvement à cette dimension Onirique, lors des présages notamment. Seul leur esprit ou leur âme touche ce monde par intermittence, leur corps restant attaché au monde matériel. lors de cérémonies ou rituels et y reçoivent leur présage.

Les Limbes sont le lieu des défunts, l’endroit où convergent toutes les âmes des mortels. Il est impossible pour une âme d’en revenir, et les divinités elles-mêmes évitent cet endroit. Seule Lina s’aventure dans ce monde, de par sa proximité avec la nuit, la mort et Prima, et y côtoie les âmes des assassinés et autres malheureux au destin funeste. Elles sont aussi le lieu de résidence privilégié de Prima.

Le monde matériel est celui des Hommes, et des mortels en règle générale. Il est rare d’y croiser les divins, qui ont beaucoup de mal à transiter jusqu'à ce monde ci. Pour faire parvenir leur voix et leur autorité auprès des Hommes, les divinités ont recours à l’Oracle, une entité entre l'être humain et le divin, qui répand leurs demandes et parlent à travers elle.

Les divinités peuvent facilement passer dans le monde juxtaposé au leur, mais doivent employer beaucoup d’énergie, ou recourir à l'aide de Prima pour transiter vers un monde plus éloigné. Le monde Onirique et la Route de l’Aube sont les lieux qu’ils fréquentent le plus.


 

FONCTIONS RELIGIEUSES

 

Les symboles de notre religion

- Oracle : L’Oracle est une entité dont on sait peu de choses si ce n’est qu’elle est “La voix des Dieux”. La rencontrer est un grand honneur et une faveur octroyée par les dieux eux même. Il faut offrir un présent au pied de son temple et revenir après y avoir été invité (le plus souvent dans les trois jours à venir), si l’Oracle accepte le présent offert, ou le juge suffisamment digne d'intérêt. Les signes d’invitations sont souvent clairs : un galet poli sur le rebord d’une fenêtre, une corneille faisant des cercles dans le ciel, ou encore une branche d’olivier sur le pas de la porte.

Il convient toujours de demander l’autorisation avant un acte important de sa vie, aux dieux par l’intermédiaire de l’Oracle (Mariage, guerre, prise de poste, contrat important, expéditions, assassinat…). La réponse de l’Oracle, et donc des Dieux, est nébuleuse mais confère une volonté positive ou négative, le plus souvent. Ce message peut aussi être une quête, pour réparer un tort qu’entretient l’Homme vis à vis d’une divinité ou au contraire s’attirer ses faveurs. Les quêtes sont particulièrement périlleuses et difficiles, tant elles éprouvent physiquement et psychologiquement le candidat. Aller à l’encontre de la volonté divine peut se révéler particulièrement de mauvaise augure, voire dangereux tant les embûches peuvent se présenter à un individu cible ou une cité entière.

Il est interdit de toucher l’Oracle ou de la regarder au risque d’abattre la colère des dieux sur le monde.


- Veilleurs : Les Veilleurs, parfois appelés Ombres, sont une peuplade extrêmement secrète dont la vie est entièrement dévouée au culte. Ils sont les gardiens de l’Oracle, ses protecteurs et ses geôliers. Les Hommes ne savent que peu de choses sur ces ombres qui inspirent surtout la crainte et un certain respect. Ceux sont toujours eux qui viennent auprès des hommes et non l’inverse. En croiser un n’est jamais commun et peut être autant une bonne chose qu’un moment déplaisant; quoi qu’il en soit ils sont toujours au service de l’Oracle et donc des Dieux; bien qu’une rumeur laisse entendre qu’ils ne servent que Prima et non l’ensemble des divinités. Ils sont toujours vêtus de longs manteaux à capuche et masqués.

- Prêtre/Prêtresse : Personne initiée pour œuvrer en faveur du culte, tenir des cérémonies, organiser les fêtes religieuses, entretenir l’inventaire de la Voie Sacrée de leur cité, recueillir les Ex-voto et être souvent à l’écoute de ses concitoyens. Toutes personnes peut devenir prêtre ou prêtresse, et se faire initié par les autres religieux déjà en poste. Il s’agit d’une fonction liée à la cité et uniquement à celle-ci. Aucun religieux d’une cité n’a d’autorité sur la mise en place du culte et son entretien dans une autre ville que la sienne.

Si un prêtre/prêtresse change de cité d’attache, et qu’il souhaite continuer à remplir ses fonctions religieuses, il doit subir une nouvelle cérémonie dans la cité à laquelle il veut se rattacher auprès des religieux en poste.

Les prêtres et prêtresses sont formés pour décrypter les présages et les transmettre à leurs concitoyens.


RITES

Etre protege

Pour attirer les grâces des divinités et le regard bienveillant de leur protecteur, les Hommes leur rendent un culte. Ce culte s’organise par l’individu, la famille et la cité entière, et se mêle à la vie quotidienne de chacun. Il n’y a pas de transition entre la vie commune de chacun et la foi qu’ils vouent aux dieux. Tout se mêle et se lie dans une signification précise et orienté vers les dieux.  

Si il est bien des manières d’honorer et de solliciter les dieux, les prières, les offrandes, les libations, les sacrifices, et les jeux constituent des actes essentiels des pratiques religieuses qui jalonnent et ordonnent la vie publique et privée des mortels. La piété consiste avant tout à les accomplir selon les règles fixées par la tradition. Toute atteinte à ce domaine sacré, sentie comme une atteinte à la cité, peut faire l’objet de sentences fortes visant à exclure l’impie de la communauté.

Les rites ne s’excluent pas, au contraire : une offrande comme un sacrifice s’accompagne de prières pour couronner une fête publique par exemple. Les Hommes pensent que les dieux se nourrissent de leur dévotion et du geste de piété; plus encore de la fumée qui montent jusqu'à eux lors d’un sacrifice. La plupart des rites s’accompagnent d’encens, qu’ils soient privés ou publics.
 

PRIÈRE

La prière est toujours prononcée à voix haute, jamais en silence. Le silence est le temps du recueillement, pour un défunt par exemple, et réservé à la déesse Prima. La plupart du temps en position debout ou assise, jamais a genoux. Prier genoux a terre est considéré comme de la superstition ou la vision d'illuminés.

 

SACRIFICE

Offrande d’aliments (fruits, vin, céréales ou farines, animaux…) faites à un dieu ou une déesse sur son sanctuaire. Pour renforcer le sacrifice, les aliments peuvent être brûlés.

 

LIBATION

rituel consistant en une offrande de boisson aux dieux suivie d’une consommation, réalisée plusieurs fois par jour. (Pendant, avant ou après un repas le plus généralement, ou simplement au levé du lit) Le célébrant trempe son pouce dans la boisson, le plus souvent du vin coupé au miel ou à l’eau, répand quelques gouttes au sol avant d’appliquer son pouce sur le front et tirer un trait, éloignant les mauvaises pensées. Les mains doivent être lavées proprement avant le rituel. Les mains et le visage sont ensuite rincés après le rituel.

Différence : Dans la principauté de Vaan et Proicia, le pouce n’est pas appliqué sur le front pour chasser les mauvaises pensées mais sur la langue pour éloigner les mensonges et faire amende honorable devant la parole donnée, seulement lorsque la libation est faite sur soi même, dans l’intimité.

 

SANCTUAIRE

Lieu (souvent de petite taille) ou l’on se recueille, où l’on implore les faveurs d’une divinité. Chaque sanctuaire est propre à un dieux et y exprime son image ou sa représentation (Statue, décors, emblème…).

 

NÉCROPOLE

Lieu saint où sont inhumés les corps des défunts. La nécropole est toujours à l’extérieur de la ville. Pour y pénétrer il faut découvrir sa tête et se déchausser. La Nécropole est un endroit sacré où même les dieux ne peuvent pénétrer à l’exception de Prima. Il n’est pas conseillé d’y aller seul au risque de se perdre soi-même, aspiré par la Déesse Première. Seul le corps du défunt doit être couvert d’un linge sombre, les vivants doivent toujours être vêtus de vêtements clairs, afin de ne pas confondre Prima venant chercher l'âme du défunt.

La Nécropole contient la Voie Sacrée de la cité à laquelle elle est rattachée.

 

VOIE SACRÉE

Lieu de dépôt d’offrandes, souvent très riches, qui sont une part du butin d’une guerre contre une nation voisine, ou des ressources exceptionnelles rapportés de lointains voyages ou encore les offrandes des ex-voto. On y trouve aussi les offrandes faites lors des fêtes publiques, des mariages et des jeux. Une Voie Sacrée peut être pillée par une cité ennemie, ou une nation opposée. Il ne s’agit pas d’un outrage si les pilleurs ne sont pas rattachés à la cité dont ils pillent la Voie Sacrée. La morale de certaines nations est plutôt défavorable à ces pratiques, cependant.

 

EX-VOTO

objet offert en remerciement d’une aide divine. (guérisons, guerres, exploits sportifs, autres vœux précis…).offrande en remerciement d’un vœu exaucé auprès de la divinité. Souvent le dépôt d’une gemme de la couleur de la divinité, ou bien d’une statuette après un exploit sportif ou guerrier, ou des plaques gravées du nom de la divinité et de celui de l’exaucé. Navires votifs : Maquette du navire allant prendre la mer pour la première fois (modèle réduit fidèle à l’original) pour se placer sous la protection des divinités.

Lors d’un succès inespéré (pêche ou chasse miraculeuse), il était de coutume de réserver une part du butin aux dieux.

Ces offrandes particulières doivent être remises à l’un des représentants du culte, un prêtre ou une prêtresse.

 

AUGURE, PRÉSAGE

Message des dieux s’adressant aux hommes ou à une personne en particulier. Ils sont souvent flous et difficiles à décrypter par le commun des mortels. Ils sont transmis par le biais de l’Oracle ou des prêtres et prêtresses. Lors d’un succès inespéré (pêche ou chasse miraculeuse), il était de coutume de réserver une part du butin aux dieux.

Ces offrandes particulières doivent être remises à l’un des représentants du culte, un prêtre ou une prêtresse.


LA GENÈSE

La Génèse diverge selon les peuples. Les Proicians et les Vaaniens prônent que leur foi est la plus pure; et elle soutient le fait que les dieux aient été des hommes que Prima auraient élevé auprès d’elle après des vies ou des exploits extraordinaires. Les âmes nobles seraient guidées par la Première non pas vers les Limbes, dans son royaume, mais en leur ouvrant les portes de la Route de l’Aube.

Les Proicians sont persuadés que leur premier Légat est le dieu Nasgard lui-même, et le vénère presque plus que les autres. Ils ont une foi inébranlable en lui et se reconnaissent comme son successeur sur leur monde.

Les autres peuples sont moins à cheval sur l’origine des divinités et préfèrent s’abstenir de leur offrir une naissance particulière. Prima est toujours dissociée des autres par sa notion de “Tout” et d’entité nébuleuse. Elle est aussi crainte que respectée.

Les plus dissidents sont les Tribues Suutas. Ils croient aux mêmes divinités que les autres peuples, à la différence près qu’ils croient aux esprits de toutes choses. Que ce soit le leur, celui de leur proche, des animaux et ou les éléments qui les entourent. En cela, ils divergent fortement des autres peuples en ajoutant des entités mystiques qu’ils idolâtrent. Cette fracture dans la vision de la foi est souvent mal perçue par les autres ethnies et tout particulièrement par les Vaaniens, et les Proicians. Les chimères font aussi partie du bestiaire divin qu’ils conçoivent et prient.

Les Toriiens suivent les Vaaniens et les Proicians dans leur ligne de foi, ayant tout de même une fascination pour l’expression religieuse des Suutas. Ils apprécient les mythes et les légendes notamment autour de bestiaires et autres créatures extraordinaires. Ils apprécient la transmission orale de ces odyssées, qu’ils partagent avec les Suutas.

Pont-bleu et ses technocrates restent assez détachés des histoires de foi et de religion. Ils restent croyants, mais évitent de chercher une origine à cette foi qu’ils pratiquent. Le Collège de la foi est la plus petite des institutions de leur administration, orientant leurs recherches vers l’origine, les différences entre les ethnies ou l’expression de la foi dans les cultures du Vieux Continent.

Les mortels n’ayant pas de sépultures et de rites funéraires, n'accèdent pas au royaume de Prima, les Limbes. Les Limbes sont le lieu de repos des âmes des mortels. Lorsqu’il n’y a pas de sépulture, ou que les actes entachent trop fortement leur âme, ils ne sont pas autorisés à entrer dans les Limbes, et doivent errer pour l'éternité sur la Route du Crépuscule.